L'univers bio et naturel des chiens et des chats

biofan

La fourrure d’animaux fait un retour remarqué dans le monde de la mode : explication

277-FR-La fourrure d'animaux fait un retour remarqué dans le monde de la mode - explicationDepuis une dizaine d’années, la fourrure véritable, c’est-à-dire en peau d’animaux, a refait surface dans le milieu de la mode. Même les stylistes et les mannequins qui avaient dénoncé son utilisation il y a quelques années sont actuellement les premiers à s’en servir. Pourquoi un tel revirement, et pourquoi l’utilisation de la fourrure est-elle encore approuvée ?

La production de fourrure, un commerce très lucratif

En Europe et sur le continent américain, de nombreux animaux sont élevés, chassés et exploités dans des conditions déplorables pour être ensuite dépecés et fournir de la fourrure. Ils sont enfermés dans des cages restreintes, sujets au stress et maltraités… Mal nourris, battus et livrés à eux-mêmes, ils sont exposés à toutes sortes de maladies. Ce sont en général des renards, des visons, des chiens, des chats, des chinchillas, des castors, etc.

Cette industrie enrichit des milliers de personnes, générant près de 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires par an.

Le prétexte de contrôle de surpopulation

Certains consommateurs de fourrure prétendent que chasser les animaux pour leur fourrure permet de contrôler leur population et d’éviter les problèmes de surpopulation. Mais il s’agit d’une fausse idéologie, car il est prouvé que la plupart des animaux servant à la production de fourrure de nos jours sont élevés. Leur élevage et leur mise à mort sont 20 fois plus polluants que la production de fourrure synthétique. Pourtant, par luxure et par snobisme, les hautes sphères de la mode persévèrent dans l’utilisation de la fourrure animale.

Des Etats interdisent l’élevage d’animaux à fourrure

L’Etat de Sao Paulo au Brésil est le 2e pourvoyeur de fourrure de chinchillas au monde après l’Argentine. Il a pris la résolution de mettre fin au massacre en octobre 2014 et a interdit l’élevage de chinchillas pour l’industrie de la fourrure. Une lourde amende et une peine de prison ont également été prévues pour tous ceux qui enfreindront la loi. En Belgique, l’importation de fourrures de phoques, de peaux de chiens ou de chats et de leurs dérivés est strictement interdite. La France a aussi interdit l’importation de peaux de chiens ou de chats, et les Pays-Bas vont définitivement proscrire à compter de 2024 l’élevage des animaux à fourrure.

De telles initiatives sont à encourager et pourront triompher si tout le monde s’oppose à la fourrure… En attendant, ce sont 60 millions d’animaux qui meurent chaque année dans le monde.

 

Si vous avez aimé l’article, merci de nous liker 😉



Laisser votre commentaire

 
© 2012 - 2020 - Biofan